PÔLE ATELIERS
PÔLE PÉDAGOGIE
PÔLE SPECTACLES
PÔLE FESTIVAL

Le Pique nique, c'était comment Anita ?

Pique-nique des Ateliers 2011-12, LE 16 Juin au THBM

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le site avait annoncé : les beaux jours reviennent, pourquoi ne pas organiser un pique-nique ? Il a plu des cordes et cela pour la 2ème fois. Alors si vous vous trouvez l’an prochain, un samedi de juin au THBM et il pleut, vous saurez : le pique-nique des Ateliers de la Ménagerie a lieu.

Même le Roi Soleil était bien plus indulgent quand Molière jouait ! Et pourtant son digne représentant du 21ème siècle et dirigeant des Ateliers Damien Poinsard aurait bien mérité un temps plus clément. Il est vrai qu’en fin de soirée pour la représentation du Malade imaginaire par son Atelier « en scène » on se passait bien du soleil et puis notre grande « éclaireuse » Léa Vassal activait les projecteurs. Je ne veux pas m’étendre davantage sur cette représentation. Lisez mon feedback avec le sous-titre « la Compagnie Molière-Poinsard est née ! »

 

Jeunesse oblige. Le programme commence avec « l’Atelier jeune », guidé par Sandrine Bourrain qui nous emmène « sur les traces de Pinocchio ». Et là comme l’an dernier, je suis émerveillée et émue devant le jeu des nouveaux élèves. Une précision dans la chorégraphie, un charme fou et la joie de jouer et peut-être aussi d’être pris au sérieux, sans se prendre soi-même trop au sérieux. Bravo Sandrine ! Un seul reproche : trop court ! Parce que c’était un régal dans cette corbeille de pique-nique.

 

Nous quittons la salle de théâtre, noire de nature pour retrouver le ciel encore tout gris. Comment remplir cette longue pause prévue pour les délices d’un pique-nique sur l’herbe ? Heureusement sous un parasol dégoulinant de pluie et sur des bancs humides on peut faire un brin de causette avec l’un ou l’autre avant d’aller rejoindre sous la tente l’Atelier « le corps en jeu » guidé par Pascale Berger avec un extrait d'Isma ou ce qui s’appelle rien de Nathalie Sarraute. Il porte bien son titre : rien, il ne se passe rien, les personnages n’ont rien à se dire vraiment et pourtant il se passe quelque chose de subjuguant sur la scène. Un rien se dit, se redit et se re-redit. Et dans cette monotonie, le « corps en jeu » remplit le Rien, le rend palpable. Et en plus, elles sont tellement belles toutes ces femmes en noir ! Je garderai longtemps leurs chants dans les oreilles. Sur un air de conversation superficielle et avec des mimiques réduites, elles sont omniprésentes sans pour autant écraser le seul Homme du groupe. Là encore, un (à mon goût) trop court extrait, mais qui nous montre bien l’excellent travail de Pascale et son Atelier.

 

L’heure de l’apéritif, nous la passons avec Marjorie Nadal et son Atelier I.M.P.R.O. Là, j’ai un peu mauvaise conscience, car je n’ai écrit aucun feedback sur l’IMPROLIGA et ses matchs Aller-Retour en mai et juin, avec ses formidables équipes Bärmuda, Sonnenwelle et Fuxitrons. Mais pour mon excuse, il est difficile de raconter un match d’impro, parce que ce n’est plus de l’impro ! C’est clair ? Non ? Eh bien allez-y ! Sur la scène ou dans un fauteuil, c’est drôle, toujours « spannend » et ... improvisé ! Et ce jour du pique-nique, un rien émouvant. Marjorie en robe, sans assistant(e) et maître de cérémonie, nous présente d’une voix émue son dernier match. Non, pas de panique, elle revient en septembre. Et puis, comme avec une baguette magique, elle fait disparaître sa robe et apparaît en tenue d’arbitre. Superbe ! Bonne mise en scène ! Et le match sera comme toujours époustouflant.

 

De l’époustouflant à « à bout de souffle » (voir mon feedback sur Le Malade Imaginaire) il n’y avait qu’un pas à franchir. L’Atelier « en scène » de Damien Poinsard nous y a guidés à travers des contrôles médicaux, des mesures de poids et de taille, etc. (Je me suis vite glissée sous la tente. Ma taille on la connaît ou plutôt devine, mais laisser déclamer mon poids, ah ! Non !). Et comme aucune goutte de pluie n’avait pu traverser la tente du THBM, le sol était resté très sec et la poussière produite par les acteurs débordants d’énergie montait à la gorge des spectateurs. Mais grâce à un lavement du gosier à rendre envieux le « Malade imaginaire », à base de bière, prescrit et offert par La Ménagerie, la soirée s’est terminée très « feucht, fröhlich » et nous étions certainement les Malades les plus heureux du monde ou du moins de Berlin.

 

Le pique-nique des Ateliers est pour le public un résultat visible d’un travail mené par des Professionnel(le)s et pour des élèves passionnés de théâtre. Vous voulez découvrir la quintessence de ces Ateliers et cela toute l’année ? Alors allez vite vous y inscrire !

Anita

Informations supplémentaires