PÔLE ATELIERS
PÔLE PÉDAGOGIE
PÔLE SPECTACLES
PÔLE FESTIVAL

Du 04 au 08 juillet 2011 a eu lieu une semaine artistique, où neuf jeunes, de 9 à 14 ans se sont rencontrés autour d’un stage de théâtre et vidéo, accompagnés et guidés par Estelle Beauvais et Sandrine Nogueira.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans ce décor bucolique, Le Songe d’une nuit d’été n’a pas eu son pareil !
A partir d’une adaptation de quelques scènes du texte de Shakespeare les jeunes se sont confondus avec les personnages, ont créé un univers sonore et imaginaire et ont donné à voir et à entendre leur créativité.

Tour à tour devant ou derrière la caméra ils se sont pris au jeu du réalisateur, du chef opérateur, du journaliste et ont laissé libre cours à leurs envies et curiosités …

Ils se sont cherchés, amusés, chamaillés, ils ont fouillé, travaillé, expérimenté … devant ou derrière la caméra, à l’intérieur ou à l’extérieur du chapiteau, sous la pluie ou le soleil, avec ou sans texte, ils ont goûté au travail de l’acteur et ont exploré quelques techniques cinématographiques.

Et tes vacances d’été à La Ménagerie Anita ? Raconte nous !

 

Il pleuvait, pleuvait, pleuvait. Une salle du Teaterhaus Berlin Mitte (THBM) aux rideaux noirs fermés nous attendait. Et pour couronner cette première journée difficile, le catering oublie de nous livrer le repas de midi ! Et puis, miracle. Le deuxième jour, un ciel bleu et une chaleur inattendus nous permettent de nous installer au chapiteau. Nous y resterons pendant tout le stage !

 

Nous, c’est qui ? Lisez le texte informatif de Sandrine Nogueira, regardez la magnifique vidéo d’Estelle Beauvais et vous saurez tout ou presque. Moi, cette fois-ci, non en spectatrice mais en aide à la logistique (pas le domaine des calculs ou du ravitaillement militaire … quoi que !), je viens vous donner mes impressions plutôt familières.

 

Comme je n’ai pas fait mes devoirs de vacances, c’est en ce week-end estival de début octobre que je laisse repasser mes souvenirs : je respire encore l’odeur de la rosée sur la pelouse du THBM, la joie chaque matin d’ouvrir le chapiteau, petit cirque et tente à la fois (où l’on cherche chaque jour ses affaires, la vaisselle, les gobelets en plastique … et retrouve des restes de nourriture dévorés par les fourmis, comme au camping !), et puis d’accueillir les élèves, les uns au regard encore plein de sommeil, les autres les yeux pétillants.

Ces jeunes garçons entre 9 et 14 ans qui à chaque minute libre essaient de mesurer leur force en se « combattant », mais qui devant LE mignon bébé Amalia (7 mois) de leur prof Sandrine fondent de tendresse et l’étouffent presque sous leurs caresses. Ces jeunes filles adolescentes plus calmes (ouf !) mais sûres d’elles et qui n’hésitent pas à rappeler aux garçons de mettre aussi la table et la débarrasser! Et à propos de table, j’ai devant les yeux une Sandrine, debout, la louche à la main, souriante, qui sert le repas de midi à une douzaine d’affamés comme si elle faisait cela tous les jours. Un cadre vraiment très familial ce stage d’été.

Malgré les différences d’âge et de langue, les participant(e)s  avaient en commun l’envie de faire du théâtre. Mais, comme à l’ école, les élèves se laissent parfois difficilement motiver. Quel boulot pour Sandrine ! Partagée entre le désir de transmettre les joies de la scène et la nécessité d’une certaine discipline, deux éléments très importants au théâtre, elle réussit un tour de bravoure. Connaissant Sandrine Nogueira je n’en doutais pas.

Une découverte pour moi fut Estelle. Je la revois ce premier jour de grisaille, le visage aussi pâle que les rideaux étaient noirs, mais très attentive. Elle a réussi, grâce à son professionnalisme mais sans allure de prof, à captiver ces enfants et adolescents, plutôt habitués à être devant la caméra de leurs parents, en leur donnant le rôle de « réalisateur » ou « chef opérateur ». D’ailleurs un but de ce stage : « Comment faire se rencontrer le théâtre et la vidéo ? », Sandrine-Théâtre et Estelle-Video, une symbiose enrichissante pour La Ménagerie !

Et comme tout a une fin, le cinquième et dernier jour est arrivé aussi : dernières retouches aux costumes, aux coulisses (géniale l’idée de faire jouer la partie Réalité dans le chapiteau et la partie Songe dans la « forêt » du THBM), la tension monte, les parents arrivent. Attention ! On joue ! Seule la petite Amalia, préfèrant laisser la scène à sa maman, s’endort et se réveillera au moment des applaudissements du public enchanté et ému. Et je ne crois pas me tromper : j’ai vu de la joie et de la fierté dans les yeux de nos jeunes actrices et acteurs.

 

Alors, « l’été de la Ménagerie 2011 », on se revoit en 2012 ?!

PS. : J’ai aussi beaucoup apprécié le jour de la représentation l’aide de Pierre Golbach et la présence de Marjorie en tant que responsable du domaine pédagogique de La Ménagerie.

A très bientôt pour un prochain été avec La Ménagerie !

Anita

Informations supplémentaires